Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 21:29

2011 055

Pour extraire les principes actifs d'une plante, il faut dissoudre ces principes actifs dans un solvant. L'article "Infusion, décoction, hydrolat: définition, fabrication, utilisation" traite de l'extraction des principes actifs au moyen de l'eau. Cependant, l'eau n'est pas le seul solvant naturel possible. On peut également utiliser le glycérol (présent dans la glycérine), l'ethanol et les corps gras comme l'huile et les beurres.

 


Important: Je rappelle que l'utilisation des plantes n'est pas anodine et que les techniques expliquées ici ne sont pas destinées à une prise en interne suite à une auto-médication. Elles sont destinées uniquement à l'utilisation cosmétique.



Lorsque le corps gras est une huile, on parle de macérât huileux ou huile médicinale, à ne pas confondre avec les huiles essentielles. Les huiles médicinales sont obtenues à partir la macération des plantes dans une huile de support, alors que les huiles essentielles sont extraites des plantes aromatiques par distillation.

Lorsque le corps gras est un beurre, on parle d'enfleurage. L'enfleurage est surtout utilisé en parfumerie car les corps gras solides conservent mieux les odeurs que les corps gras liquides. C'est la technique qu'emploie Grenouille dans le livre le parfum pour extraire les magnifiques odeurs des jeunes filles qu'il a tuées.

La macération des plantes dans des corps gras permet d'en extraire les actifs lipossolubles.

 


 

  I- Faire un macérât huileux ou huile médicinale.

 

Il existe trois méthodes de macération dans l'huile: la macération à chaud, la macération à froid et la macération à chaleur douce, également appelée digestion. Quelque soit la méthode employée, les proportions restent les mêmes:

on utilisera 250g de plantes sèches ou 500g de plantes fraîches pour 500g d'huile.

 

  1) La macération à froid.

 

2011 091Le principe de la macération à froid est de laisser macérer les plantes à température ambiante afin d'en extraire les principes actifs grâce à l'action du soleil. Ce type de macération convient à toutes les plantes et à toutes les huiles, même les plus fragiles.

 

Procédé :

- Lavez et désinfecter un bocal transparent.

- Mettez le poids voulu de plantes dans un bocal transparent et ajoutez l'huile en conséquence.

- Pour éviter le rancissement de l'huile de support, ajoutez une ou deux gouttes de vitamine E. Si vous utilisez des plantes fraîches, ajoutez un conservateur (0,6% du poid total) pour éviter la fermentation.

- Laissez macérer trois à quatre semaines.

 

L'huile médicinale préparée dans ces conditions se conserve 1 an.

 

 

 

2011 096

 

 

  2) La macération à chaud.

 

Les huiles macérées à chaud sont portées à faible ébullition afin d'accélérer le processus de dissolution des actifs. Cette technique ne peut pas être utilisée avec les parties fragiles des plantes, comme les fleurs, qui perdent leurs actifs à haute température. Elle ne peut pas non plus être utilisée avec les huiles fragiles qui s'oxydent plus rapidement une fois chauffées.

 

Procédé:

- Mélangez les plantes et l'huile dans un récipient en pyrex, ajoutez une goutte de vitamine E et mettez au bain-marie.

- Portez l'eau à ébullition et laissez macérer 2 à 3 heures.

- Laissez refroidir le mélange, filtrez et transférez-la dans un bocal en verre teinté hermétique et stérilisé. N'oubliez pas d'étiqueter.

L'huile médicinale préparée dans ces conditions se conserve 1 an.

 

  3) La macération à chaleur douce ou digestion.

 

Cette technique de macération permet d'accélérer la macération sans trop altérer l'huile de support ou la plante. Cependant elle ne doit pas être utilisée avec les plantes extrèment fragiles comme les fleurs de jasmin.

 

Procédé :

- Mélangez les plantes et l'huile dans un récipient en verre lavé et stérilisé. Ajoutez la vitamine E.

- Mettez le récipient en yaourtière et laissez macérer 12h.

- Filtrez et transférez-la dans un bocal en verre teinté hermétique et stérilisé. Etiquetez.

 

Si vous ne possédez pas de yaourtière, vous pouvez utiliser votre four. Il faut que le four soit réglable à 50° et  que la chaleur soit homogène. Mettez le récipient contenant les plantes et l'huile dans un bain-marie. Le niveau de l'eau doit être le même que le niveau de l'huile. Réglez le four à 50°, entrouvrez-le et laissez macérer 12h.

 

Pour concentrer l'huile en actifs, on peut réaliser chaque macération trois fois afin de saturer l'huile en principe actifs. Mais personellement, je ne trouve pas que cela soit nécessaire, sauf si vous trouvez que votre huile ne sent pas assez fort, ou n'est pas suffisemment concentrée.

De plus, vous pouvez combiner les techniques pour une meilleure extraction. Personnellement, je commence par trois semaines de macération à froid, puis digestion, puis de nouveau trois semaines de macération à froid.

 

Source :

- Le grand Larousse des plantes médicinales, Identification, préparation, soin. Edition 2007. ISBN : 978-2-03-582308-3. Chapitre 4 "Se soigner pas les plantes", Les huiles médicinales, p. 294.

- 100% plantes Ma passion, article "Macérâts huileux en yaourtière"

 

2011 112 

II- Faire un enfleurage.

 

Pour faire un enfleurage, il y a deux méthodes possibles, à froid ou à chaud. La méthode à chaud permet d'enfleurer des plantes suffisemment résistantes alors que la méthode à froid est utilisée pour les plantes fragiles telles les fleurs de jasmin.

 

 

1) L'enfleurage à chaud

 

Cette méthode permet d'utiliser aussi bien un beurre mou qu'un beurre dur.

 

Procédé :

- Mettez le beurre à chauffer au bain-marie, laissez-le fondre et ajoutez la vitamine E.

- Jettez les fleurs dedans et laissez macérer 2 à 3 heures.

- Filtrez, versez dans un bocal teinté lavé et désinfecté, étiquetez.

 

2) L'enfleurage à froid2011 109

 

L'enfleurage à froid est utilisé pour les fleurs fragiles telle le jasmin ou la jonquille qui ne supportent pas d'être chauffées. Cette technique a été utillisée à Grasse jusqu'au milieu du XXème siècle. Pour cette technique, utilisez un beurre mou inodore ou désodorisé. Traditionellement, on utilisait du saindoux.

 

La fleur d'acacia a un parfum très délicat qui ne supporte pas d'être chauffée.

 

 

Procédé :

- Etalez le beurre sur une plaque de verre lavée et désinfectée,  montée sur un chassîs en bois. N'aayant pas chassis en bois, j'ai montée ma plaque de verre sur des bouchons de liège. ça marche très bien.

 

2011-101-copie-1

 

- Piquez les fleurs fraîches sur le beurre relativement serrées.

 

2011 113

 

- Changez les fleurs tous les jours jusqu'à ce que le beurre soit imprégné de l'odeur des fleurs.

2011 144

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Récoltez le beurre et transférez-le dans un bocal teinté lavé stérilisé. Etiquetez.

 

Source:

- Wikipédia, article "Enfleurage"

- Fragonard parfumeur, article "Techniques de parfumerie : L'enfleurage"

 


 

Selon la manière dont vous souhaitez utiliser votre corps gras, choisissez l'une ou l'autre des techniques. Par exemple, pour un shampooing solide, vous pouvez utiliser la méthode de l'enfleurage à chaud dans du beurre de coco. Pour une crème, choisissez l'huile de suport en fonction de la plante pour optimiser le macérât. Par exemple, si vous voulez faire macérer de la consoude pour un baume cicatrisant, prenez une huile aux propriétés régénérantes comme l'huile d'argan. Au contraire, si vous souhaitez utiliserla consoude pour ses propriétés astringentes pour la régulation du sébum d'une peau grasse, utilisez  une huile sèche tel que l'huile de noisette, ou de pépin de raisin.

Au niveau des quantités, soyez attentifs à ce que vous voulez faire de votre macérât. Si vous voulez l'utiliser dans des crèmes, 100g suffisent largement car vous n'en utiliserez pas beaucoup à chaque fois. En revanche, si vous souhaitez les utiliser pour des savons, il faut en faire beaucoupp. Calculez d'abord votre recette de savon pour savoir quelle quantité il vous faudra. Pour la savonnerie, si vous souhaitez retrouver l'odeur après la saponification, je vous conseille de multiplier les macérâts. par exemple, si vous voulez faire un savon à la vanille, avec coco/palme/olive, faites macérer votre vanille dans l'huile de coco, l'huile de palme et l'huile d'olive.

 

Bonne tambouille!

Partager cet article

Repost 0
Published by lescometiquesdestelle.over-blog.com - dans Les cosmétiques - Savoirs-faires
commenter cet article

commentaires