Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 15:51

Les ajouts sont à mon sens secondaire. Un savon bien formulé est suffisamment doux pour se passer d'ajouts. Cependant, il peut être agréable de faire des savons au lait, à la purée de fruits ou de légumes ou toute autre folie qui vous traverserait l'esprit. De plus, je trouve que certains ajouts apportent vraiment un petit plus au savon.

On peut diviser les ajouts en deux catégories : les ajouts liquides (catégorie dans laquelle j'inclu les crèmes, boues, purées, yaourts, et toutes sorte d'ajouts aux texturesplus ou moins liquides et  les ajouts solides (en poudre généralement).
 
Les ajouts liquides
 
Si vous travaillez à la lessive de soude prête à l'emploi, vous êtes limités dans vos ajouts de liquide. Pour savoir combien mettre de liquide en plus, il vous suffit de faire ce petit calcul très simple :

 

Calculez votre savon avec Soap Calc puis avec The Sage. Soap Calc vous donne le pourcentage d'eau à mettre dans votre savon, séparément du poids d'huile (3).
 
 resultat1
 
The sage vous donne le poids maximal d'eau que vous pouvez mettre en tout dans votre savon (7bis).
 
 http://img75.xooimage.com/files/b/1/4/the-sage6-2d07b07.jpg
 
Il vous suffit donc de soustraire le poids d'eau donné par Saop calc, au poids maximal d'eau donné par The sage pour obtenir la quantité maximale de liquide que vous pouvez ajouter.
 
Par exemple ici : 188 - 170 = 18g de liquide.
 
C'est Ppk qui m'a donné l'astuce et elle n'a jamais eu de soucis. Moi je suis un peu tête de mule, et des fois je mets plus de liquide que recommandé. Et ben à chaque fois j'ai des problèmes (savon mou, qui pue, trace qui n'arrive pas...).

 
Si vous utilisez la soude en perle, là votre marge de manoeuvre est beaucoup plus large. Pour incorporer des liquides, vous avez plusieurs solutions:

  1. Vous utilisez le liquide en question comme liquide de dissolution à 100%. Dans ce cas, votre savon contient une grande proportion du liquide en question, mais cela peut aussi vous poser certains problèmes, comme le lait qui brûle par exemple.
  2. Vous pouvez dissoudre vos perles dans l'eau puis une fois la dissolution finie, et la chaleur retombée, ajouter votre liquide. C'est un peu moins concentré, mais c'est quand même pas mal, et vous ne risquez pas d'avoir de problèmes.
  3. Enfin vous pouvez dissoudre votre soude puis ajouter le deuxième liquide à la trace ou directement dans les huiles. c'est une technique pas mal pour tout ce qui est crème fraîche, boues, yaourt etc mais sachez que si vous ne diluez pas votre soude avec suffisamment d'eau, la trace va être très rapide, et aurez-vous le temps de faire vos ajouts? dans ce cas, il est préférable de calculer le poids d'eau de dissolution et d'y retrancher le poids de votre ajout.

Voici une liste non exhaustive des différents ajouts liquides possibles dans un savon :

  • Les laits animaux, ou végétaux. Ceux-ci apportent principalement de la douceur. Je n'ai jamais pu tester en grande quantité, mais même en petite quantité c'est un ajout très intéressant. Faites attention si vous l'utilisez comme liquide de dissolution car il peut cuire et sentir mauvais suite à la réaction avec la soude. La solution est de la congeler et de dissoudre la soude avec ces glaçons de lait. Faites attention car les laits ont provoquent la phase de gel. Si elle est trop forte, il est fort possible que votre savon sente le lait cuit…

http://asset.keldelice.com/attachments/photos/280972/original/bouteille-lait-2145602_1350.jpg?1263849836

  • Les infusions. Je n'ai jamais testé, et je n'ai jamais eu d'échos là dessus. Vraisemblablement elles ne gardent pas leur odeur et colorent le savon. Mais gardent-elles leurs propriétés? Intéressant ceci dit pour un savon au café (désodorisant) ou au thé matcha
  • Les produits laitiers (crème fraîche, yaourts, fromage blanc). Je n'ai testé que la crème fraîche et j'adore! Je suis littéralement folle du crémeux que cela donne au savon! Je sais que Ophihia aime bien les yaourts, et Mizou le fromage blanc. Devant ces avis, j'en conclu que les produits laitiers sont de bons ajouts pour les savons.
  • Les purées de fruits ou de légumes. Selon le fruit choisi, elles apportent des choses différentes mais on peut généraliser sur la douceur. Attention car certains fruits comme la banane ou légumes comme l'avocat colorent légèrement le savon.
  • Les boues. boues d'argiles, de la mer morte etc... Ces ajouts apportent des minéraux, de la couleur, de la tenue à la mousse, de la dureté au savon, enfin que des bonnes choses quoi!

Les ajouts solides
 
Les ajouts solides sont relativement plus simples à utiliser puisqu'ils ne demandent pas de réduction d'eau. Cependant ils peuvent vous apporter un côté exfoliants pas forcément désiré.

 

  • Le sel : un de mes ajouts favoris! Il apporte des minéraux, de la dureté, une texture vraiment particulière et une odeur que j'adore, et qui se marie très bien avec la lavande je trouve. Vous pouvez l'incorporer jusqu'à 100% du poids des huiles. Personnellement je m'en tiens à 3% et je trouve que c'est suffisant. Je le dilue préalablement dans un peu de liquide et une fois ajouté à ma pâte à savon je mixe encore le plus longtemps possible pour qu'il soit très bien incorporé au savon. Si le sel est mal incorporé, vous aurez  un savon exfoliant (ce que je n'aime pas trop), friable et la coupe sera difficile (vous risquez de bousiller votre marbrage à la découpe).
  • Le sucre et le miel : je met ces deux ajouts ensemble car suite à la lecture de différents témoignages, ils ont des propriétés communes : favorisent la phase de gel, donnent une mousse généreuse (un peu comme du caramel), et de la douceur. Je n'ai pas testé le miel, mais j'aime beaucoup le sucre pour la texture qu’il donne à la mousse, ce côté gras, épais, des grosses bulles, j'adore!!

http://www.atoutfemme.com/wp-content/uploads/2010/10/miel-coulant.jpg

  • Les argiles : vous pouvez les incorporer sans eaux, à la trace, ou directement dans les huiles. L'argile blanche apporte de la blancheur et fait ressortir les colorants, l'argile rouge donne des couleurs allant de l'orangé au rouge brique, en fonction de la quantité, l'argile verte donne un vert pâle un peu fade à mon goût, et les argiles roses et violette donne un truc entre le marron et le gris, pas terrible je trouve...
  • La pierre d'alun : je ne sais pas ce qu'elle apporte car je ne l'ai jamais testée dans un savon , mais Mélinda Coss propose une recette en contenant donc je vous l'indique ici. Je crois q'elle l'incorpore en tant qu'exfoliant, mais aussi pour ses propriétés antiseptiques et désodorisantes.
  • Le marc de café : exfoliant doux, et désodorise. Je n'ai jamais testé.
  • Les oeufs : tout comme le lait, il faut faire attention qu'ils ne cuisent pas. Je n'ai pas non plus testé personnellement, mais j'ai testé un savon de Karo qui en contenait, et il était extrêmement doux et crémeux, un vrai bonheur!!!

 
Cette liste n'est bien entendue pas exhaustive, mais présentement, plus rien ne me vient à l'esprit... c'est déjà pas mal non, il y a déjà de quoi faire!!
 
En espérant que cet article ait éclairé votre lanterne!

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 13:25

Pour l'esthétique du savon, nous devons considérer deux aspects : les ingrédients utilisés (colorants) et les techniques employées (marbrages) qui feront l'objet d'autres articles. L'esthétique est elle aussi importante car c'est le premier contact entre la personne et le savon. Si le savon est beau, cela ne veut pas forcément dire qu'il sera obligatoirement apprécié, mais au moins, il démarre avec une note positive. Et un beau savon, avec une technique parfaitement maîtrisée, des couleurs bien choisies, franchement ça en jette... Donc, pour colorer votre savon, vous avez à votre disposition différents types de colorants, naturels ou non. Mais quelque soit le colorant utilisé, il est préférable de le diluer préalablement, afin qu'il se mélange bien à la pâte à savon. Vous pouvez diluer avec de l'huile, de l'eau ou de la glycérine, en fonction du colorant. Une petite astuce : la crème fraîche!! La crème fraîche étant à la fois aqueuse et huileuse, elle dilue tous les types de colorants. C'est pas beau la vie? Les colorants donc :

 

http://www.univers-nature.com/images/argile-indications-therapeuthiques/argile-therapeutique-en-poudre.jpg


  • Les colorants spécial savon. Très chimiques mais très résistants à la soude, ils permettent d'obtenir toutes les couleurs désirées, même du fluo et du phosphorescent. Rien de bien naturel là dedans, mais parfois, on a envie d'un peu de couleurs.
  • Les colorants alimentaires. Là encore, foin de naturel. De plus ils sont généralement très instables en savonnerie. Je déconseille vivement les mélanges car le résultat obtenu est plus qu'aléatoire, du jaune et du rouge pouvant donner un marron dégeu.
  • Les micas. Un peu plus naturels, mais c'est pas encore le top. Très aléatoires en savonnerie, certains gardent leurs couleurs d'autres non (à ce sujet, voir l'article de Ppk). Le gros avantage des micas, c'est que certains comme le mica brillant ou le mica paillette permettent d'avoir des savons brillants.
  • Les oxydes. Un peu plus naturels, mais c'est pas encore la grande joie. Ils tiennent bien en savonnerie, et je trouve que c'est un bon compromis entre le naturel et la couleur. Avec les colorants spécial savon, ce sont les colorants que j'utilise le plus.
  • Les ocres. Vraiment pas mal. De belles couleurs, bien naturelles. Je n'ai encore jamais entendu parler de surprise avec les couleurs que donnent les ocres en savonnerie.
  • Les argiles. Bien naturelles mais très aléatoires aux niveaux des couleurs... Oubliez les argiles rose et violette qui donnent des couleurs marronnasses. Pour exemple, je vous renvoie à mon savon moche à l'argile rose... En revanche, j'ai obtenu une très belle couleur orangée avec l'argile rouge. L'argile blanche permet d'aviver les autres colorants en apportant de la blancheur au savon. L'argile verte donne un vert assez fade je trouve. A venir très bientôt, une série de savon à l'argile, vous pourrez mieux vous rendre compte.
  • Les plantes. Très naturel mais très aléatoire! La chlorophylle est parfaite, l'orcanette très changeante. Je vous renvoie à l'article de Kafée sur comment colorer ses savons naturellement pour plus de précisions.

 

 

A noter que certains ajouts comme le lait, certaines fragrances, certaines épices peuvent colorer votre pâte. Les huiles ont aussi une couleur qui leur est propre et un savon aura une couleur différente en fonction des huiles utilisées. Consultez mon tableau récapitulatif des huiles en savonnerie ainsi que les articles de Kafée sur ses savons du mois pour connaître la couleur des huiles en savonnerie.

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 13:18

Avec cette catégorie d'ingrédients, nous passons aux ingrédients à mon sens nécessaires. En effet, ils ne sont pas indispensables, puisque sans parfum vous avez quand même du savon qui lave, mais alors se laver avec un truc qui sent le saindoux, le canard ou autre, merci bien... le parfum est donc nécessaire. Vous pouvez parfumer avec plusieurs ingrédients :

http://media.paperblog.fr/i/266/2666196/juste-douceur-hattori-ransetsu-L-1.jpeg

  • Des fragrances. Veillez à bien choisir des fragrances spécialement conçues pour la savonnerie. Elles sont généralement plus chimiques, mais au moins, elles tiennent. Vous pouvez les mélanger entres elles, mais je ne m'y suis jamais risquée. Je pense tenter bientôt un mélange de fragrances fruitées... Je dose mes fragrances à 1% du poids de mes huiles et c'est généralement suffisant pour moi qui aime les odeurs légères. Certaines fragrances demandent tout de même d'être dosées à 2%. Encore une fois, à vous de voir!
  • Des Huiles essentielles. Les huiles essentielles vous permettent de parfumer naturellement votre savon. Attention cependant car je ne sais pas si elles gardent leurs propriétés ou pas, donc je vous conseille de ne les utiliser que pour leur parfum, et non pour leurs propriétés. En revanche, ne les utilisez pas pour un savon destiné à un enfant ou une femme enceinte. Prudence est mère de sûreté... Vous pouvez bien entendu les mélanger entre elles. Je ne me suis pas encore penchée sur la composition des parfums, je vous renvoie donc à la fiche technique d'aroma zone qui est très bien faite, et explique entre autre la composition d'un parfum avec note de tête, note de coeur et note de fond. Les huiles essentielles sont à doser entre 2% et 5% du poids des huiles. Vous pouvez bien entendu les mélanger entres elles. A noter sur les huiles essentielles : les HE d'agrumes ne tiennent pas en savonnerie. remplacez-les par d'autres plantes aux odeurs acidulées comme la listée citronnée ou l'élémi par exemple
  • Un mélange de fragrances et d'HE. Je n'ai jamais testé, mais je pense que cela peut-être un bon compromis pour les odeurs d'agrumes. De plus cela vous ouvre des possibilités infinies sur la composition de vos parfums.
  • Des teintures mères et des macérâts. Cette technique pour parfumer un savon est très aléatoire : certaines plantes parfument le savon, d'autres non. Je vous conseille de multiplier les macérâts pour avoir un peu de parfum. Pour un exemple précis, je vous renvoie à mes Variations aromatiques ici et là, ainsi qu'a l'article de Ppk.
  • Pensez également que certains ajouts comme les épices, le café, le cacao ou autre peuvent donner un parfum plus ou moins agréable à votre savon.
Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 12:24

En ce qui concerne le savon barre, ce sont les huiles utilisées qui lui donneront ses caractéristiques. Autant vous dire que nous arrivons là à la partie la plus délicate si l'on considère le nombre d'huiles disponibles sur le marché.


 http://img84.imageshack.us/img84/5734/photos20huile201yu0.jpg

Les huiles sont composées d'acides gras que sont les acides laurique (contenu principalement dans l'huile de coco), myristique, palmitique (contenu principalement dans l'huile de palme), stéarique (contenu principalement dans le beurre de karité), ricinoléique (contenu uniquement dans l'huile de ricin), oléique, linoléique, linolénique (ces trois derniers acides sont contenus dans de nombreuses huiles). Chaque huile contient un ou plusieurs de ces acides dans des proportions différentes, mais aucune ne les contient tous. C'est pour cela qu'il est préférable de mélanger les huiles, afin d'avoir un peu de chaque acide, ce qui fera une recette équilibrée.

 

 

 

Commençons par nous pencher sur les caractéristiques que doit posséder le savon idéal :

  • Il doit être dur, fondre lentement à l'utilisation, et ne pas tomber en lambeaux lorsqu'il est un tant soit peu mouillé. Ces caractéristiques sont apportées par les acides laurique, myristique, palmitique et stéarique.
  • Il doit avoir une mousse dense (apportée par les acides laurique, myristique et ricinoléique), ferme et abondante (apportées par les acides palmitique, stéarique, ricinoléique).
  • Il doit être doux, plus ou moins crémeux selon les goûts, et avoir une texture agréable. Ces caractéristiques sont apportées par les acides ricinoléique, oléique, linolénique et linoléique.
  • En ce qui concerne sa capacité à nettoyer, ne vous inquiétez pas, TOUS les savons lavent...

 
Si vous avez bien suivit le paragraphe qui précède, vous aurez compris, qu'à mon avis, certaines huiles sont indispensables à la confection d'un savon : l'huile de coco, l'huile de palme et l'huile de ricin. On pourrait ajouter le beurre de Karité, s'il n'était pas si cher... Ces huiles permettent à mon sens de construire votre savon. Une fois ces huiles incorporées, vous n'avez plus qu'à jouer sur la composition du reste du savon pour obtenir la douceur, l'onctuosité, la texture que vous souhaitez avec d'autres huiles. Bien entendu, elles peuvent être remplacées par d'autres huiles, mais celles-ci ont l'avantage d'être plutôt bon marché et de se trouver à peu près partout. Personnellement je les incorpore à raison de 55% de mon savon. Après plusieurs tâtonnements, ce sont les pourcentages que j'ai trouvés intéressants. Voici ma recette fétiche : 30% de coco, 20% de palme, 5% de ricin.
Ensuite, pour le côté doux et crémeux du savon, mon huile de prédilection est l'huile d'olive. Contrairement à certaines croyances, l'huile d'olive de donne pas un savon mou, même à haute dose. À l'utilisation, elle donne un crémeux qui peu virer au gluant si la cure n'a pas été assez longue, ou si elle est fortement dosée. Personnellement j'adore, mais d'autres détestent. Encore une fois, à vous de tester! En deuxième position viennent les graisses animales, qui à mon sens donnent un toucher particulier et unique aux savons. En troisième l'huile de macadamia, pour son crémeux et sa douceur. En quatrième ex aequo, les huiles de colza, tournesol et noix. Attention, ces huiles donnent un savon mou, qui peut rancir. à utiliser avec modération, avec un faible surgraissage et de la vitamine E. L’huile de pépin de raisin est pas mal également. Je n'ai jamais testé les beurres de karité et de cacao, mais ça ne saurait tarder. Voilà, il me semble avoir fait le tour des huiles 

On peut aussi faire des savons avec une seule huile, car on aime les caractéristiques de cette huile en particulier. Le savon à une seule huile le plus connu est le savon de castille, constitué de 100% d'huile d'olive. Autant vous dire que moi qui adorehttp://www.le-beurre-de-karite.com/images/beurre-de-karite-brut.jpg les savons bien équilibrés et bien construits, j'aime par dessus tout les 100% olive... Ce sont des savons capricieux, certes, ils demandent de long mois de cure, une bonne fleur de douche pour donner de la mousse, mais ils sont tellement doux! J’adore les castille...
On trouve aussi communément les 100% coco, parfois très surgraissés pour le corps (entre 20% et 50% de surgraissage), parfois très peu pour le ménage (entre 0% et 3%). Ce sont des savons qui donnent beaucoup de mousse, ils sont très durs et très blanc. Personnellement je ne jure que par eux pour le ménage, mais je les déteste pour le corps. Inversement mon frère déteste les castille mais adore les 100% coco... Nous avons donc la secte des castille et la secte des coco, (nous parlons bien de savons, hein, pas de l'inquisition VS Mélenchon ) et à vous encore une fois de vous faire votre opinion!


A mi chemin entre le 100% et le multiple huile nous avons le biwil (comprendre bi-huile pour deux huiles) ou bibeurre, qui permet de garder les caractéristiques de l'huile que l'on aime, tout en atténuant ses défauts. Je vous renvoie au blog de Ppk qui a fait plusieurs essais de biwil avec de l'huile de coco. On trouve aussi beaucoup l'association coco/olive.
 
Petite précision sur :

  • L'huile de palme : achetée Bio, elle ne participe normalement pas à la déforestation de l'Asie et aux catastrophes écologiques et humaines qui s'en suivent. Attention cependant, Bio ne veut pas dire équitable... vous en trouverez au rayon frais de votre magasin bio, avec les beurres et margarines, elle est utilisée pour la friture.
  • L'huile de coco : la Végétaline que vous utilisez pour vos frites est de l'huile de coco. En regardant les ingrédients de votre Végétaline, vous verrez peut-être "huile de coprah". c'est pareil, elles ne sont juste pas extraites de la même partie du fruit. mais c'est le même indice de saponification, donc pas de problème. certains disent que l'huile de coco dosée à plus de 30% a tendance à dessécher la peau. Je suis assez d'accord avec ça. A vous de voir.
  • L'huile de ricin : dans son livre "mes recettes de savon", Mélinda Coss dit que l'huile de ricin accélère la trace. Je n'ai jamais pu vérifier car de mémoire je n'ai jamais fais de savon sans ricin, mais j'ai toujours des traces assez rapides, donc...
Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 12:22

Selon le type d'alcalis que vous utiliserez, vous obtiendrez des savons de différents types :

  • La soude caustique en perles, ou la lessive de soude (NaOH) vous donnera un savon solide, parfois appelé savon barre. Dans mes articles je ne traiterai que ce type de savon pour le moment car je ne me suis pas encore penchée sur la question des autres types d'alcalis (mais ça va venir )
  • La potasse (KOH), vous donnera un savon liquide. Le savon noir liquide est fait avec de la potasse.
  • Un mélange de soude caustique et de potasse vous donnera un savon dont la texture variera en fonction du pourcentage de chaque alcalis utilisé : un savon liquide épais pour un dosage à 2% ou 3% de soude caustique, un savon crème pour un dosage plus important.

A noter : Les liquides de dissolution sont traités dans la partie ajouts.

 

http://image.made-in-china.com/2f1j00nBMQSwbsiKqi/Caustic-Soda-Pearls-99-.jpg

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 12:16

Chers amis, bonjour!
 
En voyant les questions de Violette sur la composition de ses savons, je me suis rappelé le temps où moi aussi, pauvresse désemparée devant toutes ces choses à prendre en compte, je me posais mille et une questions sur comment composer mes savons. Aujourd’hui que j'ai pu faire quelques essais et rassembler de nombreuses informations prises de ci, de là, je me dis qu'il est temps d'écrire un article (enfin... quelques articles dirons-nous car c'est un vaste chapitre) rassemblant toutes ses informations clairement, afin d'essayer de débrouiller un peu les choses.

 

photos savons aout 2011 039Bien entendu, le contenu de ces article n'est que le reflet de mes petites expériences ainsi que de mon avis personnel. Je vous dirais ici les choses qui me paraissent justes et essentielles, sachant que ces choses justes et essentielles à mes yeux, ne le sont pas forcément aux yeux d'autres personnes, et donc pas forcément aux vôtre. Mais disons que si vous débutez, cela pourra constituer une base à laquelle vous référer à vos débuts, pour ensuite faire vos propres essais, et vous forger votre opinion propre. Si certaines personnes expérimentées passent par là, je serait bien évidemment ravie qu'elles apportent leur pierre à l'édifice, et complétant, soutenant ou contredisant mes paroles, afin d'ouvrir la discussion.

 

Mais revenons-en à nos moutons.

 

Tout d'abord, commençons par le commencement, les choses simples (celles-la même qui peuvent paraître embrouillées!) : une recette de savon est composée de 5 grandes catégories d'ingrédients que sont les alcalis, les huiles et beurres, le parfum, l'esthétique, et les ajouts. Certaines catégories d'ingrédient sont indispensables (huiles et alcalis) d'autres nécessaires (parfum, esthétiques) et d'autres secondaires (les ajouts). Vous devrez décidez pour chaque catégorie, quel ingrédient vous souhaitez utiliser, et dans quel but. C’est ce que je vais tâcher de débrouiller ici.

 

Voici donc les 5 articles découlant de ces réflexions :

 

Formuler son savon : Les alcalis

Formuler son savon : Les huiles

Formuler son savon : Le parfum

Formuler son savon : L'esthétique

Formuler son savon : Les ajouts

Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 17:14
Repost 0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 18:16

Ce savon était mon deuxième savon, et comme le premier était réussi, il fallait bien que le deuxième soit raté...

en fait il s'est passé qu'avec mon inexpérience (pour ne pas appeler ça ma bêtise...) je n'ai pas pesé mes huiles séparément. Et bien évidemment, j'ai eu la main trop lourde sur l'huile de coco. Mais comme tout était déjà dans le saladier, je n'ai pas pu séparer mon huile de coco des autres huiles. J'ai donc déduit sur l'huile d'olive et gardé la même quantité de soude. ERREUR. en ouvrant mon moule, le savon avait non seulement une odeur infecte due au paprika, mais en plus une série de petits points blancs, qui n'avaient absolument pas lieu d'être... J'ai donc fais le test de la langue, et bien entendu tout à fini à la poubelle.

 

Donc mon conseil : pesez bien vos huiles séparément, et en cas de problème, et ben recommencez.

 


Le test de la langue

c'est très simple : vous mettez un coup de langue sur votre savon : 

Si ça fizz/pique/agresse/dégueulasse = caustique, direction poubelle.

Si rien ne vous arrive qu'un léger goût de savon dans la bouche, vous pouvez utiliser votre savon


Repost 0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 16:59

Bonjour chers amis!!

J'ai récemment vu dans des documents sur le savon que la cure était plus importante qu'on ne le croyais, et j'ai pu en faire l'expérience sur mes savon de l'été qui arrivent à trois mois de cure. De plus, il me semble que certaines croyances, pas forcément exactes traînent sur la toile, j'ai donc voulu écrire un petit article sur cette phase de fabrication du savon

 

Tout d'abord, késsecé ?

 

(...et késsecépa tant qu'on y est...)

 

La phase de cure est le moment où le savon, fabriqué à froid, sèche. A ce stade, la saponification est terminée. En effet, la saponification est une réaction chimique exothermique, c'est à dire qu'elle produit de la chaleur. Par conséquent, une fois que votre savon ne produit plus de chaleur, la saponification est terminée. fini, over, terminado, exit la saponification.  La cure n'est pas un moment où la saponification se termine. Nous avons bien du savon, terminé. Il est donc utilisable. Oui oui vous pouvez utiliser votre savon tout frais sortant du moule, cela ne va pas vous brûler les mains, ni vous piquer, ni même vous les déssécher. C'est un savon normal, tout gentil, qui ne mord pas. Je vous dis ça de mon expérience personnelle, car lorsque je démoule mes savons, impatiente que je suis, j'en prend une chute et je me lave les mains avec pour voir comment ils se comportent à l'utilisation. Le test de la langue nous confirme bien que le savon n'est pas caustique.

 

En revanche, je n'ai pas dis que c'était la meilleure solution de les utiliser tout de suite, et ce pour plusieurs raisons que voici:

 

Trois bonnes raison de laisser curer votre savon.

 

Pendant la phase de cure, le pH du savon va légèrement descendre: il démarre d'environ 11, pour arriver aux alentours de 9, ce qui est un pH normal pour du savon. Ceci signifie que à la sortie du moule, le pH peut-être un peu agressif pour les parties du corps sensibles comme le visage ou les parties intimes. Mais il ne va pas vous agresser les mains. La cendre de bois a un pH basique également, et la elle ne vous brûle pas les mains. Pour le savon c'est pareil. Il est tout simplement plus doux après la cure.

 

Ensuite, le savon sèche. C'est à dire que le surplus d'eau contenu dans le savon va s'évaporer, le faisant durcir, prendre sa texture finale, réduire son effet gluant, supprimer une éventuelle odeur désagréable, due à un surplus d'eau.

 

Enfin, le savon se stabilise: son parfum prend son odeur définitive, de même pour la couleur, la mousse se densifie et se fortifie.

 

Comment avoir une cure de bonne qualité ?

 

La durée de la cure joue énormément : trois semaines à un mois au minimum sont généralement recommandées, mais de nombreux savonniers traditionnels, comme les savonniers d'Alep font curer leurs savons pendant neuf mois. Et je pense personnellement que c'est une durée tout à fait correcte. Un savon qui n'a curé qu'un mois est encore jeune, instable. Les savons plus vieux, sont beaucoup agréables, plus doux, plus denses, brefs, meilleurs.

 

L'endroit a aussi son importance. Je recommande une cure en deux temps: un premier temps d'un mois à l'air libre sur une grille, puis huit mois dans des caisses en bois à l'abri de la lumière et de l'humidité, dans un endroit tempéré (20-25°C) à température stable. La lumière et l'humidité abîment le savon (les couleurs s'afadissent, le parfum se perd). La caisse en bois permet de protéger les savons, mais comme cette matière absorbe l'humidité, le séchage peut se faire correctement.

 

En conclusion, "patience et longueur de temps font plus que force ne qui rage! "(Lafontaine)

 

Savonnez bien!

 

Toutes ces informations ont été récoltées au cours de mes voyages, de mes tests, et des documentaires que j'ai vu voir sur le savon ; elles sont donc plus de l'ordre de la connaissance que de la vérité scientifique, mais je pense qu'elles sont sufissemment pertinentes pour être postées ici. j'espère que cet article vous aura éclairé sur cette phase de fabrication un peu mystérieuse.

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 20:55

Bonjour chers petits amis!!

J'ai décidé de me bouger un peu le c** et de vous écrire enfin un article qui me tenait à coeur : la phase de gel.

 

Tout d'abord une petite définition pour les savonniers novices : ce que l'on nomme "phase de gel" en savonnerie correspond à une forte montée en température de la pâte à savon pendant la réaction de saponification. De cette forte montée résulte une modification de l'aspect du savon: il est plus sombre, plus traslucide, et sa texture se modifie. Vous pouvez aller faire un tour sur le blog de bazzo savon, il y a un article assez intéressant

 

Cette forte montée en température est favorisée par certains facteurs :

- l'ajout de certains ingrédients comme le lait, le miel ou le sucre ;

- certains moules, notamment les moules où le savon a peu de surface avec l'air : le refroidissement par contact de l'air ambiant est moins important dans ce type de moule ;

- la chaleur extérieure : la plupart de mes phases de gel ont eu lieu en été, le frigo permet de limiter le phénomène voire de l'éviter ;

- la température des huiles et de la soude ;

- l'isolation ou non du savon.

 

En résumé, tout ce qui permet de faire baisser la température du savon, limite la phase de gel. Certaines personnes la recherchent, d'autre la maudisse, d'autre encore choisissent en fonction du résultat voulu... Il faut cependant savoir qu'elle peut avoir des conséquences esthétiques :

 

Elle peut être partielle et vous faire un gros point sombre au milieu du savon ;

 

Elle peut vous faire un cratère au centre du savon, voire un volcan:photos savons aout 2011 013  photos savons aout 2011 016

 

Elle peut modifier les couleurs du savon:

photos savons aout 2011 011

Parfois ces modifications esthétiques sont intéressantes, par exemple la transparence peut être appréciable (Cf; l'article de Ppk)

 

Ceci dit, même si elle est parfois impressionnante (encore un article de Ppk), elle ne pose pas de problème pour le savon, et même au niveau esthétique, personellement je trouve que la différence est très légère.

 

En recherchant des informations pour cet article, j'ai trouvé cet article assez intéressant, où la personne a pris la température d'un savon en cours de saponification pour voir à quel degré elle arrivait, et d'après les relevés , la phase de gel serait visible à partir de 40°C. Je pense cependant qu'elle commence avant mais qu'elle n'est pas visible de l'extérieur. Un jour où j'aurais du temps (c'est à dire sûrement pas tout de suite ) je ferai aussi des relevés pour voir si j'obtient les mêmes résultats sans mettre le savon au frigo, et également pour voir à quelle température apparaissent les cratères, volcans etc...

 

En conclusion, si vous voulez éviter la phase de gel, vous pouvez mettre votre savon au frigo et même au congel, ça n'arrête pas la saponification, ça la ralentit simplement. Sachez cependant que si votre phase de gel est vraiment importante, elle apparaîtra même après un passage au frigo sous forme de phase de gel incomplète, et là franchement je pense que c'est le truc le plus moche qui puisse arriver avec une phase de gel :)

 

En espérant avoir éclairé votre lanterne!

Repost 0
Published by lescometiquesdestelle.over-blog.com - dans La savonnerie - Savoirs-faire
commenter cet article